image

FAQ générales

Dois-je communiquer des informations personnelles avant d’embarquer?

Des formulaires de renseignement concernant les clients peuvent être téléchargés ici si vous n’avez pas reçu votre formulaire. Nous demandons que ces formulaires soient renvoyés au moins 3 semaines avant votre départ.

A quoi peut-on s'attendre en termes de logement à bord du Nautilus Explorer?

Nos cabines de première classe et nos suites ont des lits côte-à-côte, des pommeaux de douches privés avec des douches et de l’air climatisé centralisé. Nous faisons tout notre possible pour garder le navire très propre; les couvertures sont changés après chaque voyage, les serviettes sont parfumées et lavées après chaque utilisation, etc. Nous espérons que vous embarquerez en vous disant « aahhh, c’est très bien ». Les cabines inférieures font 88 square feet en taille et ont leurs propres hublots, tandis que les suite de luxe avec spa font 144 square feet et ont de grandes fenêtres, une penderie et un bureau et une porte d’accès vers le pont extérieur. Les couchettes de type dortoirs sont situées près des espaces du personnel et ne sont pas climatisés.

A quel type de cuisine puis-je m'attendre?

La nourriture est vraiment un centre d’intérêt à bord et nous proposons une cuisine originale et de qualité avec un mélange de menus mexicains et occidentaux préparés par nos 2 chefs cuisiniers. Vous pouvez vous attendre à un mix de buffets familiaux ainsi que des services à table et plein de différents types de snacks et d’apéritifs et un barbecue sur le pont supérieur ou sur la plage. De la consommation de crabe dormeurs et nos célèbres Hamburgers « Nautilus » sont prévus pour chaque voyage. Les demandes de préparation culinaires spécifiques peuvent quasiment toujours être remplies avec un préavis de 30 jours ou plus.

Apprenez plus sur la cuisine à bord du Nautilus.

Je n’ai jamais été auparavant sur un bateau de plongée-croisière et je ne suis pas sûr d'apprécier ca. Pouvez-vous m’en dire plus à propos de ce type de plongée?

Cliquez ici pour plus d'informations

Qu'est-ce qui est compris dans mon voyage?

  • Plongée, bouteilles aluminium 80, ceintures de plomb.
  • Utilisation de kayaks de mer (sauf à Guadalupe à cause des grands requins blancs)
  • Présentation d’éléments marins, instructions pour utiliser les zodiak et les kayaks (sauf pour les voyages pour aller voir les requins blancs).
  • Plongée encadrée et plongée guidée avec des experts locaux.
  • Nettoyage quotidien des chambres et service de couverture.
  • Serviettes de bain et peignoir.
  • Repas, en-cas, boissons non alcoolisées dont des sodas.

Qu'est-ce qui n'est pas compris?

  • Le choix dans notre grande liste de vins, les bières artisanales (plus de 40 types différents à bord selon nos derniers calculs !), des scotches single malt et d’autres boissons alcoolisées.
  • Nitrox, argon, mélanges gazeux.
  • Location de recycleur de soutien, y inclus les bouteilles zorb et spéciales.
  • Bouteilles en acier de capacité 100 UM. (16 livres plus négatif qu'un aluminium 80)
  • Vente d'articles cadeaux.
  • Gratuités pour l'équipage.

Combien de pourboire devrais-je donner?

Il est de coutume dans cette partie du monde de laisser des pourboires au personnel sur un bateau de plongée comme le Nautilus Explorer si vous pensez qu’ils le méritent et qu’ils se sont surpassés pour vous faire plaisir. Nous entendons souvent des appréciations de la part de nos clients comme « c’est le meilleur bateau de plongée sur lequel j’ai jamais embarqué. Le personnel était incroyable ». La plupart des clients laissent un pourboire équivalent à 10% du prix du charter. Les pourboires constituent une grande partie des revenus du personnel. Merci de poser vos questions à mike@nautilusexplorer.com.

Si vous comptez transporter vos bouteilles:

Le passage suivant est extrait du magazine « Immersed » de l’Automne/Hiver 2004. « Beaucoup d’agents de contrôle ne sont pas au courant avec les règlementations actuelles du FAA, TSA et du gouvernement concernant le transport de bouteilles à gaz dans les avions de ligne. Il serait préférable d'aider les agents de contrôle en mettant la mention suivant sur vos bouteilles à gaz: Cette valise contient des petites bouteilles à gaz. Toutes les bouteilles à gaz dans cette valise sont vides. Elles ne sont pas sous pression. Les valves ont été retirées et mises dans un autre sac. Ceci comprend également tous les réservoirs. Si la bouteille à gaz a toujours une valve en place, elle a été préparée de la manière suivante : Elle est vide et la valve est mi-ouverte. Cela signifie que la valve peut-être tournée dans n’importe quel sens et aucun gaz ne s’échappera. J’ai un indicateur de pression pour vérifier la pression si cela est nécessaire. Code des règlementation fédérales (Code of Federal Regulations, Section 173.115, Page 445 ) : cite précisément que les bouteilles peuvent contenir jusqu’à 280 kPa (40.6 psi) de pression à 20 degrés C (68 degrés F). Afin de rendre votre travail plus facile et ma vie plus simple, j'ai vidé les bouteilles (OkPa/0psi). Si vous avez des questions, je peux être joint dans l’aéroport sur mon téléphone portable au [DONNEZ VOTRE NUMERO DE PORTABLE]. Ou on peut m’envoyer un message aux portes d’embarquement de la [VOTRE COMPAGNIE AERIENNE]. Merci d’aider à rendre nos voyages plus sûrs.
Voyager avec des batteries : (Nous vous présentons le prochain commentaire par Ken Curtis, président de Reef Seekers Dive Co. et le remercions pour bien avoir voulu prendre le temps de nous présenter la nouvelle règlementations qui a été mise en application le 1er Janvier 2008. Ainsi nous avons pensé que ce serait une bonne idée de mettre ces informations sur notre page des questions les plus fréquentes (FAQ). Posté par Ken Curtis le 2 Janvier 2008 à 12 :59 :15 : « Nous faisons parti du gouvernement. Nous somme là pour vous embrouiller l’esprit. » J’ai reçu un nouveau lien Web pour des informations concernant les batteries lithium-ion. Celui-ci provient du TSA. Et quelle surprise ! Ce site possède des informations contradictoires et très compliqués à ce sujet.
Donc je suis retourné sur le site source et j’ai contacté le numéro de téléphone affiché à Washington à propos du nouvel article de presse PHMSA. En retour ils m’ont redirigé vers un numéro de type 800. Il s’agit d’un numéro d’appel pour toutes les questions sur ce sujet. Voici le numéro : 800/467-4922 (ensuite appuyer sur la touche 1) Il est clair après avoir avec le (gentille) personne qui décrocha le combiné qu’il ne faisait que répéter l’information sur le site et n'était pas très au courant lui-même et ne connaissait que ce qu'on lui avait transmis. (Et il précise qu’ils reçoivent des centaines d’appels.) Je lui ai demandé s’il y avait quelqu’un d’autre à qui je pourrais parler et susceptible de mieux maîtriser le sujet et il répondit, « Et si je vous donnais le numéro de téléphone de la personne qui a écrit cette règlementation ? » Ensuite j’ai passé les dernières 20 minutes au téléphone avec Arthur, l’auteur de la nouvelle règlementation et il m’a beaucoup aidé, mais il a admit ouvertement que c’est un domaine très complexe et que tout ce qu’ils ont essayé de faire pour clarifier la situation n’ont fait qu’aggraver les choses.
Arthur aussi dit (comme j'ai mentionné dans mon post précédent) que même si la règlementation techniquement a été mise en application hier (1er janvier), il faudra patienter encore quelques mois avant que les gens de TSA (n’oubliez pas qu’il s’agit d’une règlementation mise en application par TSA) ne soient formés et prêts. Arthur a dit que leur objectif est une application en douceur sans presser le public aérien. Il aussi précisé que la règlementation était conçue au départ surtout pour les producteurs qui envoient les batteries lithium-ion par lots. C’est pourquoi on parle de "grammes de lithium", ce qui n'aide pas le consommateur à comprendre. Mais maintenant ils comptent étendre cette mesure à tout le public. La meilleure façon de comprendre cette règlementation est : Si vous avez des batteries supplémentaires ou de rechange de type lithium-ion et que vous voyagez avec, mettez les dans votre sac de cabine.
Arthur m’a dit que même si le langage sur le site Web réfère à des batteries « individuelles », il réfère en fait à toute batterie qui ne doit pas être dans la machine qu’elle est censée alimenter en énergie. Et sur le site du TSA, Arthur dit que la mention sous-entendant que les batteries lithium-ion dans des sacs plastique ou dans leur emballage d'origine peuvent être contrôlés n'est pas correcte. En fait, ils font référence à des batteries avec moins de 8 grammes de lithium, avec 8-25 grammes de lithium, et avec plus de 25 g de lithium. Une autre façon de mesurer (que vous pouvez déduire selon la batterie) est le watt/heure. 8 grammes de lithium sont grossièrement équivalent à 100 watt/heure. 25 grammes de lithium sont grossièrement équivalent à 300 watt/heure.
Les batteries avec moins de 8 grammes de lithium (100 watt/heure) – Pas de limite. Emportez-en autant que vous voulez. Batteries de 8 à 25 grammes de lithium (100-300 watt/heure) - Limitez à 2 batteries par passager.
Batteries au-dessus de 25 grammes (300+ watt/heure) – Interdit. Arthur explique que les téléphones portables, les appareils photos numériques, et les laptop classiques sont tous en dessous de la catégorie 8 grammes de lithium (100 watt/heure). Aucun problème pour ceux-là. Par exemple, la batterie de mon laptop HP fait en fait 45 watt/heure. Même ma batterie 12 cellules ferait un maximum de 90 watt/heure, donc c'est bon.
Une manière de déterminer la puissance watt/heure de votre batterie est de regarder sur la batterie elle-même et de calculer la formule suivante : Voltage –(V) x Ampères/heure(AHr) afin d’obtenir la puissance watt/heure. (Personnellement j’ai mesuré : 10,8V x 4,4 AHr = 47,52 watt/heure). Si la mesure AHr est en milliampères, il faudra convertir en ampères. Mais en principe Arthur a dit que la plupart des appareils grand public passeront sans problème, mais il a insisté sur le fait que pour réduire le risque à zéro il faut mettre TOUTES les batteries lithium-ion dans votre sac de voyage.
Je l'ai également questionné concernant les piles (que j'ai mises dans mes bagages de soute) et il a répondu que ce n'est pas un problème, et les batteries NiMH non plus. Personnellement je laisse mes piles dans leur emballage d’origine et Arthur a dit que c’était parfait. Il a aussi fait remarquer que si vous avez des piles déjà enregistrées dans votre sac, ce serait une bonne idée de vous tenir près du personnel du TSA tandis qu'ils passent aux rayons X votre sac. Comme cela si un problème survient la personne de TSA peut vous les rendre. Arthur a bien précisé, « Nous ne voulons pas finir avec des poubelles pleines de piles comme ce fut le cas avec les briquets. »
Je pense que ceci sera la dernière information à ce sujet. Comme j’ai dit auparavant, c’est un sujet en constante évolution.
On dirait que l’application de cette règlementation est en cours réellement mais ca ne veut pas dire que des employés de TSA empressés ne vous laissent pas passer à l'avenir. Si vous avez des questions, appelez le numéro en 800 fourni plus haut.
- Ken